Impression 3D, l’âge de raison

Impression 3D, l’âge de raison

2 316

Bertier Luyt, Founder and CEO, Le Fabshop

Cette année, l’impression 3D a 7 ans. Jusqu’en 2009, on parlait de “prototypage rapide par fabrication additive”, un ensemble de technologies réservées à des industriels avant-gardistes, techniquement exigeantes et onéreuses à mettre en oeuvre.

La fin de la période de protection des brevets sur le dépôt de filament de Stratasys en 2009 a transformé le paysage et déclenché une révolution dont nous ne sommes encore qu’au début.

Depuis 2009, dans le monde entier, des dizaines de startups se sont lancées sur ce nouveau marché; des plates-formes d’échange de fichiers 3D, des fabricants d’imprimantes 3D, des éditeurs de logiciels, des développeurs de microcontrôleurs et de composants, des producteurs de matériaux, des distributeurs, des médias spécialisés, bref un vrai écosystème qui a créé des milliers d’emplois et généré des milliards de dollars de chiffre d’affaire et de valorisation et investi massivement dans la recherche et le développement.

La baisse des tarifs et la miniaturisation des équipements ont aussi permis l’élargissement de la base des utilisateurs et permis l’accès aux technologies de fabrication numérique à un plus large public. Les écoles du primaire au supérieur s’équipent. Les startup, les PME et les industriels dans tous les secteurs d’activités concernés par la fabrication de produits utilisent ces technologies : aéronautique et médical bien entendu, mais aussi mode, agro-alimentaire, électronique grand public, sport, la liste est longue.

En 2016, on mesure bien que la promesse encore récente des grands constructeurs, “une imprimante 3D dans chaque maison”, est encore loin. MakerBot et 3D Systems se sont retirés des marchés grands publics, mais des dizaines d’acteurs se lancent sur l’imprimante 3D à bas prix comme le constructeur Dagoma, ou la chaîne de magasin de jouets La Grande Récré qui proposait à Noel 2015 une imprimante 3D pour enfant à moins de 200 €…

Le plus frappant pour moi, c’est de mesurer le chemin parcouru depuis 2009, et le nombre de portes encore à ouvrir. L’enjeu aujourd’hui est bien de transformer ces technologies de prototypage en technologies de production, cela passe par le développement des logiciels de modélisation, la recherche sur les matériaux et les multi-matériaux, et la programmation des machines pour assurer cadences et répétabilité.

Sept ans c’est l’âge de raison, c’est l’âge du développement de la conscience et de la personnalité. A sept ans tout est permis et l’avenir est devant soi !

Fondateur du FabShop puis du FabClub, organisateur des évènements Maker Faire en France, conférencier, auteur de nombreuses publications sur l’avenir de l’impression 3D, père de deux enfants, Bertier Luyt est avant tout un autodidacte et un Maker professionnel.

2 COMMENTS

Leave a Reply